CAMP D’AMOUR POUR CHIENS JAUNES de Chin Hung Kuei (1974)

Publié le par Ludo Z-Man

Puisque le film qui nous intéresse est du genre racoleur (et pas qu’un peu), j’ai décidé de conserver le merveilleux titre français de ce Bamboo House of Dolls produit en 1974 par la Shaw Brothers. Cette compagnie mythique dirigée par Run Run Shaw depuis les années 60 connaît son heure de gloire en produisant quelques immenses classiques du cinéma d’arts martiaux de Hong Kong, de véritables pépites récemment injustement méprisées à l’époque en France puis récemment exhumées : ce sont des merveilles comme L’hirondelle d’Or de King Hu ou La Rage du Tigre de Chang Cheh. Soyons clairs : ce Camp d’amour pour chiens jaunes appartient plutôt à la filmo obscure de la Shaw Brothers. En effet, l’énorme succès des films de Bruce Lee jette un coup de vieux sur les films de sabre qui ont fait la gloire de la firme. Pour renflouer les caisses, elle tente de se diversifier et s’aventure dans d’autres genres, y compris les plus douteux.

 

En 1974, les films de « prisons de femmes », les Woman In Prison (WIP) fleurissent un peu partout. Ce genre emblématique du cinéma d’exploitation donne lieu à toutes une série de films qui, loin de toute considération sociale ou réaliste, accentuent tous les clichés et les fantasmes lié à l’univers carcéral, surtout quand il est en majorité féminin. A l’époque, le Japon a déjà donné dans le WIP, et sous la caméra de Shunya Ito, ça a donné La femme scorpion, film absolument sublime dont la beauté de la mise en scène et le charisme de l’actrice principale élevait l’œuvre bien au delà de la banale série B. Dans Bamboo House of Dolls, c’est tout le contraire, on nage dans le crapoteux au dernier degré et la débilité totalement assumée.

Ca commence très fort : en pleine seconde guerre mondiale, un réseau d’espions chinois est débusqué par l’armée japonaise. Les soldats nippons les repèrent dans un hôpital de la Croix Rouge et tout le monde est fait prisonnier : très vite, ça tourne au massacre et une bonne quinzaine de personnages sont exécutés en moins de trois minutes. Les prisonnières sont toutes capturées pour être internées en camp de travail lors d’un générique hystérique sur fond de bande-son pop et groovy tonitruante. Des l’intro, le ton est posé : le pseudo contexte historique (une sorte de Pont de la Riviére Kwai au féminin) ne sera prétexte qu’à une succession de scènes paroxystiques, compilation jubilatoire des pires clichés, évacuant tout souci de vraisemblance. Supplice à coups de fouets, électrocution, massacres, crêpage de chignon en petite culotte et jets de nourriture, viol lesbien à coups de godes-ceinture, douches collectives et tee-short mouillé façon Tahiti douche : c’est un festival !

 

 

Évidemment, tout cela est objectivement consternant(1), filmé avec un cynisme absolu (les quelques passages comiques sont savoureux, notamment cette scène d’évasion où les prisonnières hypnotisent un des gardes en lui faisant un strip-tease !), dans un Scope couleur grandiloquent, à coups de zooms hystériques. Puis dans la deuxième moitié, les héroïnes tentent de s’évader, aidée par une espionne chinoise et des guérilleros qui tentent de récupérer un chargement de lingots d’or afin de financer la résistance. Sans doute une tentative de se réfugier dans le domaine plus « sérieux » du film de guerre, puisqu’on aura même droit à quelques scènes d’action agrémentées de combats de sabre. Cela dit, la tentative reste vaine, tant le film ayant sombré bien vite dans le n’importe quoi le plus absolu, nous empêche de croire une seule minute à ce qui se déroule devant nos yeux.

(1)  Qui a dit que j’étais hypocrite ?

Publié dans série bis

Commenter cet article

Dr Devo 15/02/2006 08:41

Jai vu le filme t je l'ai en vhs sous un autre titre: "Salopes contre Chiens Jaunes", mais c'est le même. Je ne pensais pas que qulqu'un d'autre l'avait dans le monde et je pen,sais etre le dernier à avoir une copie! Pas grave!  Sinon, vous avez raison sur le film,!  Et puis parce qu'on en parle, je vous ai mis en lien chez moi! Voilà!Faudra que vous dites comment vous faites pour trouver des films comme ça!A trés bientôt!Dr DevoPS: je me suis abonné à la newsletter. c'est bon, mangez-en!

Ludo Z-Man 15/02/2006 18:38

"Salopes contre Chiens Jaunes"
 
Ouah, quel titre, encore plus racoleur que le mien !!
Si CTV qui a commencé à éditer des Shaw Bros. en DVD continue comme ca, on peut peut étre espérer une édition DVD zone 2.
 
Merci de m'avoir linké. Je suis flatté.
 
LUDO